Je veux devenir une championne de l’accessibilité

Le 11 octobre dernier se tenait la cinquième édition d’a11yqc (lire ally québec) sur l’accessibilité Web. Avec une centaine de professionnels du Web, j’ai assisté à plusieurs conférences très pertinentes sur l’accessibilité Web. Pendant une journée, on m’a parlé d’accessibilité sous différents angles : contenu, graphisme, programmation, règles, standards et outils. Aujourd’hui j’arrive à cette conclusion toute simple : je dois devenir (comme l’a suggéré Madame Stéphanie Levasseur de Desjardins) une championne de l’accessibilité.

L’accessibilité ne doit pas être un « Plus »

Dans ma pratique, je suis en constant processus d’amélioration. J’intègre déjà naturellement certains principes d’accessibilité. Ce qui entre dans la catégorie du « gros bon sens ». Et ce n’est pas assez. Je peux aller encore plus loin dans cette quête vers la qualité. Je dois :

  • transmettre ce que je sais ;
  • exiger de mes collaborateurs qu’ils soient plus rigoureux ;
  • éduquer mes clients ;
  • donner des outils à mon équipe pour les aider à accomplir leurs tâches.

L’accessibilité ne devrait pas être un « plus » qu’on ajoute si on a du budget. Ou une poudre magique qu’on saupoudre de temps en temps pour avoir bonne conscience. Non. Il faut avoir l’accessibilité en tête dès le début. Il faut tenter de trouver les solutions les plus accessibles pour un large public. Et en ce sens, il y a un travail énorme à faire.

Rendre le Web meilleur

Miou Design est une micro entreprise. Comme beaucoup d’autres pigistes ou petites agences Web, nous n’avons pas les moyens, ni les projets ayant des budgets nous permettant de conduire des tests utilisateurs couvrant une variété de problèmes cognitifs. Cela ne signifie pas qu’on n’est pas concernés. Il est possible de faire notre bout de chemin pour rendre le Web meilleur.  «Making the Web a better place». Ça vous dis quelque chose n’est-ce pas? C’est la devise d’Automattic.

Faire de meilleurs sites, bien conçus, robustes et avec cette conscience d’aller juste un peu plus loin, ce serait déjà un pas dans la bonne direction. Un site accessible à tous, est meilleur pour tous. Un site de QUALITÉ est naturellement plus accessible. Sans avoir les moyens des tests utilisateurs ou des évaluations expertes, il y a une foule d’outils GRATUITS qui permettent d’identifier les problèmes et de les corriger. Des règles et normes existent (WCAG 2.0 pour en nommer une seule). Nous devrions les connaître (au moins les grandes lignes!).

Cet article est (je l’espère) le premier d’une série sur l’accessibilité. J’ose croire qu’avec cet exercice, je réussirai à devenir une championne de l’accessibilité.

Source de la photo : Lindsay B sur Unsplash.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *